Disponible 7j/7
Nous contacter

Tél. : 09 51 84 90 00

Tél. : 06 83 31 37 34

Espace client

bandeau vjp avocat
avocat victime accident corporel Paris

Faisons le point sur vos droits – Un barème pour l'indemnisation des victimes de dommage corporel ?

La question du montant de l’indemnisation du dommage corporel, qu’il s’agisse d’un accident de la route, d’une erreur médicale, d’un accident de la vie, ou d’une agression est très souvent posée dès le premier rendez-vous. « Maître, selon vous, à quelle indemnisation puis-je prétendre ? ». Cette question répond moins à l’intérêt pécuniaire qu’au souci pour la victime de l’avenir qui l’attend. Or, perdu serait l’avocat qui s’aventurerai à annoncer un montant de l’indemnisation à intervenir tant celui-ci dépend de nombreux critères : évolution de la situation médicale de la victime, conclusions définitives de consolidation, barème de capitalisation choisie mais aussi juridiction devant laquelle se plaidera l’affaire. Reste la question du montant des sommes allouées. Existe-t-il un barème fixant le montant d’indemnisation des différents postes de préjudices ? Maître Vincent Julé-Parade, Avocat spécialisé dans la défense des victimes, apporte des éléments de réponse à cette question récurrente.

Un principe : la réparation intégrale des préjudices

L’indemnisation du préjudice corporel est régie en France par un principe fondamental : la réparation intégrale. Selon ce principe, la victime doit obtenir la réparation de tout son préjudice mais rien que de son préjudice. Cette indemnisation doit donc s’opérer « sans perte, ni profit » (Civ. 2ème, 23 janvier 2003, Bull II, n°20). Cela suppose que seule la situation personnelle doit guider le chiffrage des préjudices et la fixation de l’indemnisation.

Naturellement, cela ne semble poser aucun problème s’agissant des préjudices patrimoniaux. Ainsi les pertes de gains professionnels, l’incidence professionnelle ou les frais de santé seront indemnisés sur pièce. Certains, comme la tierce personne supposeront, à défaut de facture, que l’on retienne un coût horaire de référence en fonction de la nature de l’aide apportée (simple surveillance, aide active, aide familiale ou spécialisée par prestataire…)

La question du barème est plus présente s’agissant des préjudices extrapatrimoniaux (Déficit Fonctionnel Temporaire, Souffrances endurées, Préjudice esthétique temporaire, Déficit Fonctionnel Permanent, Préjudice esthétique permanent, Préjudice d’agrément, Préjudice sexuel, Préjudice d’établissement) : quel montant pour l’indemnisation des souffrances endurées ? Ou encore du préjudice esthétique ? Quelle valeur du point pour l’indemnisation du Déficit Fonctionnel Permanent ?

La question ne se pose pas dans le cas de certaines Garanties Accidents de la Vie (GAV) ne dépendant pas du droit commun. Dans ce cas, étant en matière contractuelle, seuls les montants fixés par le contrat faisant loi entre les parties s’applique.

Que se passe-t-il en dehors de ce cas de figure précis ?

L’utilisation de « référentiels »

S’il est vrai que la Cour de cassation censure les décisions faisant référence explicitement l’emploi d’un barème pour la fixation de montant de certains postes d’indemnisation (Civ.2ème, 8 février 2006, n°05-13183 ou Civ.2ème, 21 avril 2005, Bull II, n°112), il ne saurait être nié qu’il existe non pas des barèmes mais des référentiels d’indemnisation, plus ou moins généreux en fonctions de leurs auteurs.

Ainsi, en matière de responsabilité médicale, l’Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux (ONIAM) a établi son propre barème qu’il impose dans le cadre des transactions amiables découlant de décisions rendue par les Commissions de Conciliations et l’Indemnisation (CRCI). Ce barème, s’il est généralement écarté à bon droit devant les Juridictions Judiciaires (Tribunaux de Grande Instance et Cour d'appel), est inversement généralement appliqué à la lettre par les juridictions administratives. Ceci apparait d’autant plus contraire au principe de la réparation intégrale que le barème est globalement 30% inférieur à ce qu’allouent les Tribunaux judiciaires…

La responsabilité médicale n’est pas le seul domaine où certains référentiels aident Compagnies d’assureurs et magistrats dans la fixation du montant de certains postes de préjudices. Ainsi les praticiens du droit corporels connaissent-ils le référentiel dits « Grand-Ouest », moins généreux que le référentiel Inter Cours d’appel dit « Arpège ». Qu’on le veuille ou non, c’est à la lumière de tels outils que se fixe la jurisprudence chiffrée. Bien sûr, cela n’évite pas les disparités en matière d’indemnisation. Pour la victime d’un accident de la route, mieux vaudra que son affaire soit appelée devant le Tribunal de Grande Instance de Niort ou de Paris, que devant celui de Besançon ou Strasbourg. Les compagnies d’assurances le savent et en jouent.

Vers l’instauration d’un barème réglementaire ?

Surtout, le lobbying des assurances tente depuis plusieurs années maintenant de faire passer l’instauration d’un référentiel officiel qui n’aurait d’autres conséquences que de conduire à la barémisation de certains postes de préjudices. Derrière une douce volonté affichée de garantir aux victimes de dommage corporel une meilleure homogénéité des indemnisations, c’est un souci d’économie qui guide les assureurs. Fixer un référentiel officiel n’aurait pour autre but que d’empêcher toute évolution jurisprudentielle. Ce serait surtout enfermé les magistrats dans un rôle mécanique d’application in abstracto, totalement contrairement au principe de la réparation intégrale.

Le point de vue de l’avocat de victimes

"S’il est essentiel pour la victime d’un dommage corporel de voir ses préjudices chiffrés sur la base du référentiel le plus favorable, il convient de garder à l’esprit que ces outils n’ont qu’une valeur indicative et qu’ils ne s’imposent pas aux juges. C’est pourquoi chaque demande doit être justifiée, détaillée et défendue pour pouvoir emporter la conviction. De plus, il est important que les victimes sachent qu’une compagnie d’assurances tentera toujours d’imposer à l’amiable la fourchette indemnitaire la plus basse. Le recours à un avocat spécialisé en dommage corporel garantie une négociation à armes égales."

Vous avez des questions ?

Le Cabinet de Maître Vincent Julé-Parade intervient exclusivement aux côtés des victimes (accident de la route, erreur médicale, aléa thérapeutique, accident de la vie, agression, attentat). Basé à Paris, nous plaidons dans toute la France y compris la Corse et l’Outre-Mer (Martinique, Guadeloupe, Guyane, Ile de la Réunion, Nouvelle Calédonie).

Des questions? Contactez-nous, nous ferons le point sur votre situation. 

« Retour


04/29/2021

Le bridage des véhicules à 180 km/h à la construction est-il une mesure réellement efficace pour lutter contre les accidents ?

À l’instar du constructeur Volvo, Renault vient d’annoncer sa volonté de limiter la vitesse de ses véhicules... Lire la suite
04/28/2021

Hommage à Jehanne COLLARD

Jehanne COLLARD est décédée la semaine dernière. La justice perd une grande avocate, les victimes un éminent... Lire la suite
04/26/2021

Drame routier d'Aulnay-sous-Bois : la réponse de la justice devra être implacable

Ma première pensée va naturellement pour le mari et père des victimes, ainsi que pour toute la famille écrasée... Lire la suite
01/16/2021

Indemnisation d'un accident de la route à l'étranger : le parcours du combattant des victimes

La victime française d’un accident de la circulation peut, si elle démontre que l’accident dont elle fut victime... Lire la suite
09/28/2020

Victimes d'accidents de la route à l'étranger : une jurisprudence rétrograde de la Cour de cassation

S’il est des fois où la Cour de cassation œuvre pour l’amélioration de la prise en compte des victimes, force est... Lire la suite
08/14/2020

Accidents de vélo : qui se soucie des cyclistes?

Si le nombre de tués et blessés diminue, la mortalité chez les jeunes demeure constante. Depuis plus de 20 ans, les... Lire la suite
04/28/2020

Retour sur la notion d’ITT : quelques précisions utiles dans la compréhension de cette notion

ITT : une double notion Il convient de préciser que derrière cet acronyme, se cachent deux notions distinctes l’une touchant... Lire la suite
04/18/2020

Hommage à Paul MENTRE

J’ai rencontré Paul MENTRE pour la première fois en 1997, lors d’une soirée organisée sur la Corniche,... Lire la suite
03/29/2020

Consacrer le recours à un référentiel officiel, c’est valider l’idée d’une barémisation, entraver le droit des victimes à la réparation intégrale de leur préjudice, ni plus, ni moins

Consacrer le recours à un référentiel officiel, c’est valider l’idée d’une barémisation,... Lire la suite
03/04/2020

"Où est passé le courage politique en matière de sécurité routière" (Interview dans L'EST ECLAIR - 1 mars 2020)

Vincent-Julé Parade, il y a quelques années, vous êtes devenu avocat spécialisé dans la défense des... Lire la suite