Tél : 09 51 84 90 00 | Port : 06 83 31 37 34 | Disponible 7j/7
avocat victime accident corporel Paris

Peut-on invoquer devant le Tribunal l’offre d’indemnisation de l’assureur que l’on a refusé ?

L’assureur est-il tenu par l’offre d’indemnisation qu’il aura présentée à la victime d’un accident de la circulation mais que celle-ci aura refusée, la jugeant trop faible ? Telle est la question à laquelle la Cour de cassation a répondu dans un récent arrêt du 8 juin 2017 (Civ. 2ème, 8 juin 2017, n°16-17767). La décision mérite de s'y arrêter.

Refus d'une proposition d'indemnisation amiable par une victime d'accident

Les faits sont d’une grande simplicité : la victime d’un accident de la circulation reçoit de l’assureur du responsable une offre indemnitaire en application des dispositions de la loi du 5 juillet 1985. Jugeant l’indemnisation proposée trop faible, la victime de la route la refuse. La victime décide alors de saisir le Tribunal de Grande Instance. Comme cela est fréquemment le cas, l’assureur propose devant la justice des offres inférieures à celles présentées dans le cadre amiable. La victime invoque quant à elle les propositions amiables considérant que l’assureur y était lié et ne pouvait légitiment aller en-deçà. Le Tribunal donne raison à la victime, l’assureur interjette appel de la décision. La Cour d’appel confirme. L’assureur forme fort logiquement un pourvoi en cassation.

Invocation de la proposition au cours du procès

Dans son arrêt du 8 juin 2017, la 2ème Chambre civile reprend une position déjà affirmée qui, si elle est juridiquement justifiable, n’en demeure pas moins critiquable sur le plan pratique et logique. En effet, la Cour de cassation rappelle que l’assureur n’était contractuellement pas lié par son offre (le contrat naissant de la rencontre d’une offre et d’une acceptation) et que par conséquent celle-ci ne saurait servir de minima devant un Tribunal. Soit, la solution est juridiquement logique si l’on raisonne en droit des contrats.

Mais qu’en est-il pour la victime ? Il convient tout d’abord qu’elle doit demeurer libre d’accepter ou de refuser une offre d’indemnisation selon qu’elle la juge acceptable ou non. Ensuite, il convient de reconnaissante qu’il est aisé pour l’assureur de se dédire. Si l’on ne peut en effet évoquer une violation des obligations contractuelles (le contrat n’étant pas né), n’existe-t-il pas néanmoins un manque cruel de loyauté de la part de l’assureur ?

L’avis de l’avocat des victimes

"Malheureusement, le cas de cette victime est fréquent. Il n’est en effet pas rare que l’assureur, mécontent de voir la victime refusant l’indemnisation qu’il lui propose, décide revoir son offre à la baisse devant la justice. Quoiqu’il en soit, cet arrêt nous rappelle le rôle essentiel du conseil de l’avocat spécialisé dans la défense des victimes (accidents de la route, erreurs médicales, accidents de la vie, agressions, attentats). Savoir évaluer le bien-fondé d’une proposition amiable suppose naturellement une parfaite connaissance de la situation de son client mais également de la jurisprudence la plus récente. L’avocat des victimes doit également, en toute occasion, rappelé à son client l’aléa inhérent à toute procédure judiciaire et lui préciser que la proposition amiable présentée par l’assureur mais refusée ne pourra malheureusement pas lui être opposée devant les juges…"

Avocat au Barreau de Paris, Maître Vincent Julé-Parade se consacre exclusivement à la défense des victimes d'accidents (accident de la circulation, erreurs médicales, accidents de travail, accidents de la vie, agressions et attentats) et ne travaile avec aucune Compagnie d'assurance. Notre Cabinet intervient dans la France entière (y compris la Corse, la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane, la Réunion et la Nouvelle-Calédonie).

Vous avez des questions? Contactez-nous pour faire le point sur votre situation.

« Retour


01/26/2018

La Cour de Cassation consacre l'indemnisation du préjudice moral de l'enfant à naître

Décès accidentel d'un parent avant la naissance Les faits ayant donné lieu à l'arrêt du 14 décembre 2017... Lire la suite
01/24/2018

Rencontre avec Mme Elisabeth PELSEZ, Déléguée Interministérielle aux Droits des Victimes

Lors de cette rencontre de nombreux sujets relatifs au juste traitement des victimes de dommages corporels et particulièrement d'accidents... Lire la suite
01/22/2018

Accidents de la circulation : quels sont les délais imposés à l'assureur ?

Des délais stricts imposés par la loi De manière générale, le délai imparti à l’assureur... Lire la suite
01/18/2018

Portrait : "L'avocat des vies brisées" (L'indépendant, 31 décembre 2018)

Comment devient-on Avocat spécialisé dans les accidents de la route ? Me Vincent Julé Parade : "S'il a bien une... Lire la suite
01/09/2018

Baisse de la limitation de vitesse à 80 km/h: "Un mesure courageuse mais insuffisante" selon Me Vincent Julé-Parade (L'UNION, 9/01/2018)

Extrait de l'article paru dans l'UNION Ancien vice-président au niveau national et président pour la Champagne-Ardenne de... Lire la suite
12/30/2017

Conduite et Réveillon : Aurons-nous l'occasion de nous souhaiter une bonne année ?

Dans quelques heures, nous fêterons le passage à la nouvelle année. Comme à l’accoutumée, le... Lire la suite
12/27/2017

Intervention de Me Vincent Julé-Parade sur BFM TV

Depuis une dizaine de jours, la France suit avec émoi les suites de l'accident de Millas. Six enfants... Lire la suite
12/01/2017

Le nouveau barème de la Gazette du Palais 2018 est publié !

Un nouvel outil précieux pour l'indemnisation des victimes de dommages corporel Le barème de capitalisation est un... Lire la suite
11/23/2017

Semaine de la Sécurité du Patient du 20 au 24 novembre 2017

L'erreur médicale : crainte majeure des Français Les derniers sondages montrent clairement que l'erreur médicale est l'une... Lire la suite
11/19/2017

Actualité Jurisprudence : L'indemnisation du préjudice professionnel futur total précisée

L'existence d'un préjudice professionnel total : impossibilité pour la victime de réintégrer le monde du travail... Lire la suite