Tél : 09 51 84 90 00 | Port : 06 83 31 37 34 | Disponible 7j/7
avocat victime accident corporel Paris

Faisons le point sur vos droits : L'indemnisation du préjudice moral des proches en cas de décès de la victime

Avocat engagé aux côtés des victimes, Maître Vincent Julé-Parade est quotidiennement confronté à la question de l’indemnisation du préjudice moral. Il s’agit d’une délicate question sur le plan humain, mais néanmoins essentiel. Qu’il s’agisse d’un accident mortel de la circulation, d’une erreur médicale, d’une agression, le décès d’un enfant, d’un mari, d’une épouse, d’un parent est une épouvantable épreuve. Naturellement, la première préoccupation des proches est de connaitre la vérité et de voir passer la justice. La sanction du responsable est l’objet de la procédure pénale tandis que l’indemnisation vise à la réparation, notamment du préjudice moral. Faisons le point sur son indemnisation.

« Dans mon bureau, j’ai l’occasion d’affronter cette douleur, ces interrogations, cette attente condamnée à l’insatisfaction. Expliquer aux familles que la justice peinera à leur donner la réponse qu’ils attendent est un impératif auquel je réponds. La question de l’indemnisation du préjudice moral est toujours plus délicate voire même souvent malvenue. Aucune somme d’argent ne saurait, bien sûr, compenser la perte d’une mère, d’un fils, d’un frère.

Ayant moi-même perdu ma mère, je sais à quel point les sommes que j’obtiendrai pour mes clients sont insignifiantes. Mais je sais également qu’elles pourront également être utiles : permettre aux orphelins de financer leurs études, réaliser un projet qui tenait à cœur à la famille, ou simplement tenir bon en cas de coup dur. C’est la raison pour laquelle, aux côtés du préjudice économique, le préjudice moral doit être défendu : il en va aussi de la reconnaissance des victimes. »

Le préjudice moral des proches de la victime

Le préjudice moral – dit aussi préjudice d’affection – en cas de décès est toujours un sujet de scandale pour les familles de victimes. Les victimes trouvent son montant si dérisoire qu’il semble une insulte à la douleur et à la mémoire de celle ou de celui qui a disparu.

De mon côté, je m’indigne aussi des disparités des montant proposés selon les assureurs, des sommes allouées suivant les juridictions. La mort est toujours la même mais elle ne vaut pas la même chose à Bordeaux, à Douai, à Besançon, à Rennes ou à Paris.

Pour tenter d’apaiser les proches de victimes, il faut souligner deux choses importantes :

  • Le montant du préjudice d’affection n’est pas lié aux circonstances plus ou moins atroces de l’accident, au comportement du conducteur responsable, aux fautes commises. Cela c’est la justice pénale qui le sanctionne.
  • Le montant de ce préjudice ne dépend pas non plus de l’intensité de la perte et de la douleur ressenties. Celles-ci ne peuvent pas se mesurer. L’indemnisation prend seulement acte de l’épreuve que vous traversez. Son montant ne symbolise que ce constat.

En pratique, le montant de l’indemnisation varie surtout selon le lien de parenté et le caractère régulier des relations. Les proches vivants dans le même foyer que la victime, perçoivent des sommes en général supérieures à celles des autres membres de la famille. Les propositions des assureurs sont souvent inférieures aux sommes allouées par la justice.

Le montant de l’indemnisation du préjudice moral

Bien qu’un recours à tout barème soit clairement prohibé par la Cour de cassation, il n’en existe par moins des référentiels indemnitaires sur lesquels se fondent les tribunaux.

A titre indicatif, il est possible de retenir les montants suivants au vu de la jurisprudence récente :

  • Suite à la perte d’un enfant : 20.000 à 30.000 euros pour chaque parent, 9.000 à 14.000 euros pour les frères et sœurs vivant au foyer, 6.000 à 9.000 euros pour les frères et sœurs vivant hors du foyer, 11.000 à 14.000 euros pour les grands parents si ceux-ci voyaient régulièrement leur petit enfant. De 7.000 à 10.000 euros si ce n’est pas le cas.
  • Suite à la disparition d’un conjoint ou d’un concubin : de 20.000 à 30.000 euros. Le montant peut varier avec la durée de la vie commune.
  • Suite au décès d’un père ou d’une mère : 25.000 à 30.000 euros pour un enfant mineur / de 15.000 à 25.000 euros pour un enfant majeur vivant au foyer. / de 11.000 à 15.000 euros pour un enfant majeur ne vivant pas au foyer. Ces sommes peuvent de plus être fortement majorées si la disparition rend l’enfant orphelin de ses deux parents.
  • Suite à la disparition d’un grand père ou d’une grand-mère : de 6.000 à 10.000 euros en cas de relations régulières et de 3.000 à 7.000 euros en l’absence de relation régulière.
  • D’autres membres de la famille ou proches peuvent prétendre à une indemnisation s’ils démontrent leur grande proximité avec la victime. Cette proximité doit être démontrée. Le montant de l’indemnisation dépasse rarement 3.000 euros.

Attention : les fourchettes des propositions varient en fonction des compagnies d’assurances. Certaines d’entre elles se limitent au seuil les plus bas des référentiels. L’avis d’un avocat intervenant exclusivement aux côtés des victimes d’accidents de la route et d’accidents médicaux s’avère indispensable avant d’accepter toute transaction.

En cas de doute, contactez-nous. Nous pouvons là pour répondre à vos questions et vous aider à faire le point.

 

« Retour


07/31/2017

Application du Barème de la Gazette du Palais 2016 par la juridiction administrative

Accident médical et indemnisation intégrale des préjudices Dans cette affaire, notre client, victime dans un premier temps... Lire la suite
07/27/2017

Tribune de Me Julé-Parade dans LE FIGARO (25/07/2017) sur les chiffres de la sécurité routière de juin 2017

A la suite de la publication des chiffres de la sécurité routière pour le mois de juin 2017, marqué notamment par une... Lire la suite
07/24/2017

Chiffres de la sécurité routière de juin 2017 : une hausse inacceptable

Chiffres de la sécurité routière pour juin 2017 Selon l'Observatoire national interministériel de la... Lire la suite
07/21/2017

PRODUITS DEFECTUEUX : Un siphon à chantilly défectueux à l’origine de graves blessures

Victimes d'un produit défectueux Ma cliente n’est pas prête d’oublier la date du 21 avril dernier, ni le siphon à... Lire la suite
07/15/2017

Le difficile parcours des victimes d'attentats (et des autres) ...

« La France ne vous abandonnera jamais ». Ces paroles du Président de la République, Emmanuel Macron, à... Lire la suite
07/10/2017

Faisons le point sur vos droits - Bien se préparer à l'expertise médicale

L'expertise des victimes de prejudice corporel Quelque soit l’origine du dommage corporel (accident de la route, erreur médicales,... Lire la suite
06/29/2017

Faisons le point sur vos droits - Etre indemnisé en cas d'infection nosocomiale

Identifier l'infection nosocomiale pour l'indemniser Une infection est dite nosocomiale et associée aux soins si elle survient au cours ou... Lire la suite
06/09/2017

Faisons le point sur vos droits - Transiger ou saisir la justice ? Le difficile choix des victimes d’accidents

Victime d'un accident : Obtenir une indemnisation Victime d’un accident, la question de votre indemnisation est d’une importance... Lire la suite
05/10/2017

Faisons le point sur vos droits : Peut-on être indemnisé si aucun autre véhicule n’est identifié impliqué ou assuré ?

Accident de la route : votre véhicule est seul en cause de l'accident  La moitié des accidents graves surviennent sans... Lire la suite
05/02/2017

Déraillement de Brétigny : "L'arrêt de la Chambre de l'instruction conforte la SNCF dans sa stratégie d'auto-déresponsabilisation" (Le Figaro, 29/04/2017)

La Chambre de l'instruction, dans un arrêt prononcé le 24 avril, vient, en tout cas, de donner raison à l'entreprise... Lire la suite